L'expansion de NPower Canada en Colombie-Britannique permet à des jeunes défavorisés de se lancer dans des carrières technologiques.

Par James Matthew, Vancouver Tech Journal - 20 janvier 2022.

L'expansion de NPower Canada en Colombie-Britannique permet à des jeunes défavorisés de se lancer dans des carrières technologiques.

Pour Pallavi Garg, un emploi dans son magasin Save-On-Foods local était parfait jusqu'à ce qu'il ne le soit plus. Elle aimait passer du temps avec ses collègues et rencontrer de nouvelles personnes. De plus, c'était un bon départ après une vie d'études, pensait la jeune femme de 21 ans. Malgré cela, Garg ne pouvait s'empêcher de penser que ce n'était pas sa passion, que ce n'était pas sa vocation.

Mme Garg a grandi en Inde et est récemment arrivée à Vancouver. Elle a accepté le poste de Save-On-Foods pour l'aider à s'acclimater à la culture canadienne. Lorsque je lui ai demandé, par le biais de Zoom, de se souvenir de son éducation, une seule facette est apparue : l'école. "J'étais toujours en train d'étudier, concentrée sur l'étude. Mon école était très compétitive. Pas de jeux, rien d'autre, juste se concentrer sur les études. Nous n'avions même pas le droit de faire des pauses, ils nous disaient : 'nous allons vous donner tout ce qu'il y a dans la classe, restez dans la classe'", se souvient Garg.

Garg a continué sur sa lancée et a obtenu un diplôme en sciences dans le système postsecondaire indien. Désireuse de vivre une nouvelle expérience, Garg a déménagé au Canada. Le déménagement s'est fait si rapidement qu'il a semblé se produire " par accident ", dit-elle. Après avoir déposé un certain nombre de curriculum vitae froids, elle a reçu une réponse de Save-On-Foods. En un rien de temps, elle ensachait des produits d'épicerie et se rendait dans l'allée 5.

Bien que Mme Garg ne tarisse pas d'éloges sur le rôle que cet emploi a joué dans son acclimatation à la culture canadienne et dans l'élargissement de son cercle social - " J'ai beaucoup grandi et j'ai vu une grande différence en moi ", dit-elle -, elle voulait mettre à profit ce qu'elle avait étudié chez elle, en Inde, où elle a suivi quelques cours d'informatique et obtenu un diplôme dans ce domaine. Ne sachant pas comment cela se traduirait au Canada, Garg a de nouveau consulté les livres. Des livres numériques, cette fois.

Les onglets Udemy et YouTube remplissent son navigateur et elle finit par tomber sur un programme offrant aux jeunes la possibilité d'acquérir des compétences techniques de base. Mme Garg avait été affectée à l'équipe de nuit de son épicerie, ce qui lui permettait de savoir qu'au moins ses journées étaient libres. Le cours était également libre. "Eh bien, je ne perds rien, essayons, d'accord?" pensait Garg en terminant son inscription.

L'organisation à laquelle elle a postulé? NPower Canada. NPower a été fondée aux États-Unis au début des années 2000 avant qu'une entité canadienne ne soit lancée en 2014. L'organisation est en place pour faire exactement ce que son nom suggère : donner du pouvoir. À savoir, amener les jeunes des communautés mal desservies vers des carrières technologiques. NPower Canada leur offre gratuitement des programmes de formation technologique et des certifications en informatique à travers un cours de 15 semaines. En plus des certifications Google et Microsoft, les participant·e·s aux cohortes reçoivent un soutien pour décrocher un emploi dans le domaine de la technologie, l'objectif ultime du programme. L'accompagnement après l'embauche, l'accès à des mentors d'entreprise et à des conférenciers invités aident les jeunes dans leur parcours.

Pour superviser l'expansion internationale de 2014, l'organisation s'est tournée vers le nord, à Toronto, et a constaté que la ville présentait un grand nombre de caractéristiques favorables au programme : un secteur technologique important, un secteur financier important et un taux de chômage élevé chez les jeunes. NPower a donc chargé Julia Blackburn de lancer ses opérations canadiennes.

Mme Blackburn se souvient qu'au premier jour, en août 2014, il n'y avait qu'elle-même et le directeur de l'exploitation Andrew Reddin. Lorsqu'ils ont eu besoin d'un espace, l'Université Ryerson leur a offert quelques salles de classe. Il était tout à fait approprié que NPower cherche à lancer les jeunes dans des carrières technologiques, car l'organisation avait un aspect similaire aux entreprises dans lesquelles ils espéraient trouver des placements.

"Je travaille depuis longtemps avec des organisations à but non lucratif, mais surtout dans le domaine des arts du spectacle", admet M. Blackburn. "Je n'avais pas d'expérience dans le domaine des services pour les jeunes ou pour les chômeurs, mais Andrew avait toutes ces connaissances. J'avais de l'expérience en matière de démarrage, de collecte de fonds pour les organismes sans but lucratif, d'opérations de gestion des organismes sans but lucratif - c'est comme une petite entreprise en démarrage, mais nous avions déjà un capital de départ et une idée. C'était vraiment excitant."

Le modèle qui a été utilisé pour lancer NPower Canada avait pour mandat de servir 100 jeunes par an, en deux cohortes de 50 chacun. Cependant, M. Blackburn a tout de suite cherché à étendre le programme. "Nous voulions vraiment aider autant de personnes que possible. C'est un programme tellement efficace et éprouvé. Il est très mesurable, soit il fonctionne, soit il ne fonctionne pas", explique M. Blackburn. "La plupart du temps, il fonctionne. 80 % des jeunes qui participent au programme obtiennent leur diplôme. En ce moment, 84 % de ces jeunes sont placés dans un emploi intéressant dans les trois à six mois. Nous sommes donc très fiers de cela".

Encouragée par ces succès, NPower s'est développée à partir de Toronto comme si elle lisait de droite à gauche sur une carte du Canada. Elle est arrivée à l'océan Pacifique en septembre 2021, ouvrant des boutiques à Vancouver et Victoria. Ce désir d'expansion transparaît même sept ans plus tard chez Blackburn. Le passage aux cours virtuels grâce au COVID est également bénéfique.

"Nous avons commencé avec 70 jeunes dans notre première cohorte à Vancouver. Mais nous voyons un énorme potentiel de croissance dans toute la région, pas seulement dans la ville proprement dite. Maintenant que nous offrons le programme de manière virtuelle, tant qu'il y a un emploi, c'est notre objectif ultime. Il ne s'agit pas d'un programme de formation, la formation est pour nous un moyen d'arriver à nos fins. Ce n'est qu'un élément de notre programme - tant qu'il y a un emploi en attente, nous pouvons aller n'importe où maintenant. Il y a donc eu quelques bons côtés pour nous avec le passage du COVID du modèle en classe au modèle virtuel. En fait, cela a été très bénéfique pour nous", partage M. Blackburn.

Tellement bien, en fait, que les 84 jeunes qui ont suivi le programme au cours de la première année complète d'activité de NPower sont passés à plus de 1 500 depuis l'expansion pancanadienne. Plus près de nous, la première cohorte de Vancouver a fonctionné de septembre à décembre. D'ici juin, NPower espère que 80 % de ces 80 personnes auront trouvé un emploi. Actuellement, quelques semaines seulement après le début du mois de janvier, 16 % d'entre eux ont déjà été placés. Sur le plan démographique, plus de 80 % de la cohorte est issue de communautés raciales. La parité hommes-femmes est légèrement inférieure à 50 %. 4 % sont Autochtones, tandis que 10 % s'identifient comme LGBTQ.

"Nous sommes vraiment à la recherche de jeunes de la communauté qui ont des obstacles à l'emploi", explique M. Blackburn. "Nous constatons que ces jeunes n'ont souvent pas fait d'études postsecondaires ou d'études internationales, ou qu'ils n'ont pas d'antécédents professionnels solides et de curriculum vitae sur lesquels s'appuyer. Ils n'ont souvent pas les compétences générales nécessaires pour présenter les compétences qu'ils possèdent. De plus, le simple fait que vous soyez issu d'une communauté racialisée signifie que votre taux de chômage peut être deux ou trois fois supérieur à la moyenne de votre communauté."

N'ayant rien à perdre et tout à gagner, Garg a rempli sa candidature pour la première cohorte de NPower à Vancouver. Elle a été rassurée par les faibles barrières à l'entrée et a estimé avoir présenté une candidature suffisamment solide. Après un rapide entretien, elle a été acceptée et a commencé le programme de 15 semaines le 20 septembre. Pour Mme Blackburn, le parcours de Mme Garg est emblématique des personnes que le programme cherche à autonomiser et de ce qu'elles espèrent en retirer.

"C'est une femme nouvellement arrivée", dit Blackburn à propos de Garg. "Elle est jeune. Elle a un diplôme sans rapport. Elle a une expérience locale mineure. Ils pensent qu'ils vont venir ici pour avoir une vie meilleure et ils n'arrivent pas à percer sur le marché. C'est l'une des clés du succès de notre programme, la partie formation de notre programme - les compétences non techniques."

Si les objectifs primordiaux de NPower sont d'assurer une participation diversifiée et de décrocher des emplois pour les candidat·e·s, l'énergie de Garg était plus simplement le bonheur d'être là quand elle a commencé le programme. "Je suis arrivée en pensant que j'allais obtenir quelque chose, des connaissances, mais je ne m'attendais pas à un emploi. [J'ai postulé] juste pour l'expérience", se souvient-elle.

En prime, Garg va bientôt troquer Save-On-Foods pour Vancity et commencer sa carrière de technicienne au service d'assistance de l'entreprise, en tant que technicienne en informatique. Aussi excitée qu'elle soit de commencer son nouveau rôle plus tard ce mois-ci, ses meilleurs souvenirs du programme sont les membres de la cohorte.

Chaque mercredi, la cohorte s'est réunie pour une session intitulée "Personnel et professionnel". Ils ont appris des astuces pour gérer le stress. Ils ont appris à gérer le travail à domicile. Ils ont étoffé les dernières sections d'un CV qui vous aident à établir un lien personnel avec un employeur. Au fil des 15 semaines, ces sessions du mercredi ont permis d'approfondir la vie personnelle de la cohorte. "C'est comme une expérience personnelle avec un ami", a partagé Mme Garg. "Nous sommes toujours en contact au sujet de la recherche d'emploi. C'est donc le moment que je préfère, se faire de nouveaux ami·e·s et avoir un grand réseau."

Lire l'article ici