Par Rebecca Medel, du Windspeaker - 23 décembre 2022.

La formation aux technologies de l'information aidera les populations autochtones à combler le déficit de compétences

Becca Buffalo, originaire de Maskwacis, a été diplômée cette année du programme Junior IT Analyst de NPower avec un certificat Google IT Support Professional qui l'a aidée à décrocher un stage chez Sanjel Energy Services en tant qu'analyste de support.

Elle a déclaré que le programme était un mélange de compétences techniques, professionnelles et personnelles, comme apprendre à passer un entretien, créer un compte LinkedIn et rédiger des lettres de motivation, mais qu'il comprenait également des informations sur les différents styles d'apprentissage et les façons d'aborder l'apprentissage.

"Beaucoup d'entre nous ont été surpris de voir toutes les façons d'apprendre. Ils nous ont appris la mémoire et beaucoup de choses sur le travail d'équipe. Nous avions des groupes de mêlée le matin où nous passions en revue ce que nous avions accompli la veille et ce que nous allions accomplir ce jour-là", a déclaré Buffalo.

"Ce programme était parfait pour acquérir des compétences afin de trouver un emploi. Je dirais que, si vous avez les moyens de le faire et que vous vous y intéressez, même légèrement, ce programme vous offrirait beaucoup d'aide dans tous ces domaines."

Selon Mme Buffalo, le programme a permis de renforcer les compétences numériques et d'intégrer les traditions et pratiques culturelles à son apprentissage, ce qui lui a donné confiance et fierté tout en progressant dans sa carrière.

"Ils offrent beaucoup de soutien aux participants indigènes. Ils ont organisé un cercle de partage pour moi et d'autres participants indigènes au cours."

Depuis qu'il a quitté l'Argentine pour s'installer au Canada il y a quelques années, Pablo Listingart, directeur exécutif de ComIT, a remarqué le fossé qui existe entre les populations autochtones et non autochtones au Canada en matière de compétences numériques. Il a voulu que ComIT fasse quelque chose à ce sujet. Selon lui, moins d'un pour cent de la population autochtone du Canada travaille dans le domaine de la technologie.

"C'est donc une minorité vraiment sous-représentée dans l'industrie technologique. Et je pense que dans un pays qui parle constamment d'un manque de talents dans le domaine de la technologie, et qui dit 'allons à l'étranger et faisons venir des immigrants pour travailler dans le domaine de la technologie', je suis fermement convaincu que nous avons beaucoup de talents dans ce pays et que nous devons les former", a déclaré M. Listingart.

"C'est quelque chose que nous aurions dû commencer il y a des années parce que maintenant nous sommes dans une situation où plusieurs rapports parlent d'un manque de 200 000 personnes d'ici à 2023 dans le domaine de la technologie."

ComIT est une association caritative qui a vu le jour en 2016 et qui forme gratuitement toute personne à l'informatique. Cette année, le programme Recoding Futures a commencé comme un moyen de fournir une formation en informatique à plus de 400 apprenants indigènes à travers le Canada.

"Nous avons commencé à établir des liens avec des organisations indigènes dans tout le pays. Nous voulions toucher les personnes vivant dans des régions reculées et celles qui n'avaient jamais envisagé de faire carrière dans la technologie", a expliqué M. Listingart.

"Nous devrions former des gens qui ont du talent, qui sont passionnés, qui sont prêts à se lancer dans la technologie. La pandémie nous a donné une bonne occasion de voir que de nombreux emplois peuvent être effectués à distance. Donc, si nous avons des gens vraiment intelligents dans les régions éloignées du nord du Canada et de l'Arctique, nous pouvons les former pour qu'ils puissent travailler à distance pour des entreprises à Toronto et à Vancouver - n'importe où."

La subvention de Google sera utilisée pour faire participer autant de personnes que possible au programme Recoding Futures. Cette année, l'objectif était d'accueillir 300 personnes et il a été atteint avec 450 personnes. Listingart souhaite porter ce nombre à 700 ou 800 en 2022 afin de continuer à offrir un accès à l'éducation aux personnes désireuses d'explorer une nouvelle voie professionnelle.

La possibilité de trouver un emploi à l'issue de la formation en informatique est très probable, car de nombreuses entreprises technologiques, par exemple Shopify et Google, se sont développées pendant la pandémie et cherchent à embaucher des personnes par milliers, selon Listingart.

On a également besoin de personnes qui comprennent les systèmes dans tous les secteurs, du commerce de détail à la fabrication, car la majorité des emplois ont désormais une composante technologique.

Pour postuler, visitez Recoding Futures | ComIT